Toujours Malades, Jamais Remplacés ?

Les Profs Absents

22.480. C’est le nombre de journées de cours perdues depuis le début de l’année scolaire en raison du non-remplacement des professeurs absents, selon une association de parents d’élèves. Les enseignants sont-ils si souvent malades ? Leur remplacement est-il vraiment un problème au collège et au lycée ? On démêle le vrai du faux.


Votre professeur est malade et n’est pas remplacé ? Selon une association de parents d’élèves, la FCPE, cette situation se produit trop souvent dans les établissements scolaires. Elle a donc lancé une opération #yapasdeprof sur les réseaux sociaux. La FCPE estime à plus de 22.000 le nombre de journées d’absence non remplacées depuis le début de l’année scolaire. Un chiffre impressionnant, mais à mettre en rapport avec les 40 millions de jours de cours qui sont assurés dans le premier degré, rappelle le ministère de l’Éducation nationale.

Les professeurs, souvent absents ?

Halte aux idées reçues : les enseignants ne sont pas plus absents que les autres travailleurs. En effet, une étude montre que sur une semaine de référence, 3,6 % de l’ensemble des salariés ont été absents au moins une heure pour des raisons de santé ou pour garder l’un de leurs enfants. Pour les personnels travaillant dans l’enseignement, cette proportion baisse à 3,2 %.

Globalement, durant l’année scolaire, les profs sont en moyenne absents 16 jours pour raison de santé. Toutefois, des différences apparaissent selon le type d’établissement. Les enseignants sont moins souvent absents au lycée qu’au collège, par exemple.

Remplacement : un problème moins important en collège et lycée

Le remplacement pose davantage problème dans les écoles que dans les collèges et les lycées, où les enseignants sont plus nombreux. En effet, si vous ratez une heure de cours parce qu’un professeur n’est pas là, les élèves du primaire manquent, eux, une journée entière. Dans le second degré, plus de 97 % des absences de longue durée (supérieures à 15 jours) sont remplacées contre 80 % dans le premier degré.

En revanche, le remplacement pèche davantage pour les absences de courte durée (moins de 15 jours) : seules 38 % sont compensées, selon le ministère de l’Éducation nationale. Les établissements rencontrent souvent des difficultés à trouver des remplaçants en raison de la multiplicité des disciplines et de la répartition géographique des enseignants. La situation peut se démêler quand leurs collègues prennent le relais et assurent le cours.