Que faire après un bac ES ?

Le bac ES (économique et social) permet d’accéder à un large panel de formations après le bac : l’université, les grandes écoles, les prépas littéraires, scientifiques ou commerciales, ou encore les BTS et DUT. Les débouchés du bac ES étant très nombreux, cet avantage, peut aussi devenir un inconvénient : l’embarras du choix ne doit pas tétaniser et empêcher l’étudiant de construire un projet bien défini, qui lui plait.


L’université : des débouchés pour les bac ES

La moitié des bacs ES opte pour l’université, surtout en licences de droit, sciences économiques et sociales et administration économique et sociale. Les bacheliers ES se dirigent en nombre vers les études de droit, offrant des débouchés divers : notaire, magistrat, avocat, juriste…, mais également la possibilité de passer les concours de la fonction publique.
Côté études d’économie, l’université propose deux filières, économie-gestion, plus spécialisée et tournée vers les mathématiques, et AES, pluridisciplinaire, dans la droite ligne du bac ES, la spécialisation venant peu à peu. Gestion, marketing, RH, banque-finance, comptabilité, mais aussi travail dans l’administration, les débouchés sont nombreux, d’où l’importance de se poser rapidement la question de son orientation.
Les bacs ES réussissent également en sciences humaines et sociales (SHS), en histoire, psychologie, sociologie, géographie, philosophie, requérant à la fois des qualités littéraires et scientifiques, acquises par les bac ES.
Langues étrangères appliquées (LEA) et sciences et techniques des activités sportives (STAPS) séduisent également nos bacs ES, dans une moindre mesure.

Les filières courtes avec un bac ES

12% des bacs ES se dirigent vers un IUT, 11% vers un BTS : les filières courtes restent prisées, un bon choix pour continuer à bénéficier d’un encadrement, de cours en petits groupes, souvent une première marche avant l’entrée à l’université ou dans une grande école.
Les DUT gestion des entreprises et administration (GEA) et techniques de commercialisation (TC) attirent 90% des ES admis en première année d’IUT (des filières sélectives…) Des formations très répandues, offrant donc de nombreuses places, et proposant des métiers attirants, liés au commerce, à la gestion, et au management des entreprises.
Les BTS management des unités commerciales (MUC), commerce international à référentiel européen et comptabilité et gestion des organisations ont le vent en poupe. Mais d’autres filières existent : notariat, relation client, ou économie sociale et familiale, tourisme et communication, assurance et banque, professions immobilières, là encore, les bacs ES ont l’embarras du choix !

Les classes prépas pour les bac ES

6,1% des bacs ES choisissent une classe préparatoire aux grandes écoles. La majorité (4,5%) en CPGE économique (4,5%), le reste (1,7%) en lettres. Les classes prépa économiques et commerciales (ECE) représentent un tremplin vers les grandes écoles de commerce, débouchés en finance, gestion, management, marketing…
Les prépas littéraires sont également accessibles, notamment celles en lettres et sciences sociales (B/L), mêlant histoire, maths, socio et éco, belle continuité avec le lycée. Une porte d’entrée vers de prestigieux concours : ENS, écoles de commerce ou de journalisme, instituts d’études politiques… Bien sûr, pour intégrer une prépa, il faudra suivre un rythme de travail intense et soutenu, et garder une motivation sans faille, mais rien d’insurmontable !

Les écoles accessibles après un bac ES

Certaines écoles sont accessibles directement en post-bac, un panel très large, commerce, communication, journalisme, paramédical, tourisme, mais aussi hôtellerie, métiers du livre… Chacun pourra trouver le domaine qui lui sied. Attention, sélection à l’entrée, il faudra s’accrocher pour être admis notamment dans les plus prestigieuses. Autre conseil : bien vérifier la certification du diplôme, certaines écoles, souvent onéreuses, n’étant pas reconnues !
Les Instituts d’Etudes Politiques, neuf en France, dont un à Lille, se révèlent également accessibles directement après le bac, avec là encore, un concours assez ardu, nécessitant solide culture générale et excellent niveau de langues. Mais à la sortie se profilent de prestigieux débouchés, extrêmement variés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *