Que faire sans le bac ? Des formations et concours accessibles sans le bac.

Les Formations Et Concours Accéssibles Sans Le Bac.

Pas de honte à rater son bac. Ce petit accident de parcours n’empêche pas de rester sur les rails de l’insertion professionnelle, soit en le tentant à nouveau, soit en tentant, par exemple, une formation sans le bac, un concours sans le bac comme les concours de la fonction publique sans bac ! Et oui : La réussite sans le Bac, c’est possible !


Les formations sans le bac en école

Art, tourisme ou hôtellerie restauration, communication, paramédical, commerce ou gestion, bâtiment… : les formations sans le bac en école privées fleurissent pour accueillir les non bacheliers. Mais attention, toutes ces écoles, souvent très onéreuses, ne sont pas reconnues, il faudra prendre quelques précautions avant de postuler ! Comme vérifier l’insertion à la sortie, se rendre sur place, interroger les étudiants et professeurs, mais également les anciens diplômés. Pour être vraiment sûr, le mieux reste la reconnaissance par l’État, ou par les professionnels si l’école délivre un titre inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).
D’autres formations sans le bac

En deux ans, la capacité en droit est une formation accessible sans le bac dès 17 ans qui permet d’acquérir les bases dans le secteur juridique (droit privé, pénal, public, administratif, immobilier…). De même niveau que le bac, elle permet de rejoindre un cursus du supérieur : L1 de droit, BTS notariat, DUT carrières juridiques ou gestion des entreprises et administrations pour un moyenne égale ou supérieure à 12/20, ou L2 de droit, voire école notariale, pour une moyenne de 15/20 ou plus. Souvent préparée en cours du soir, ou à distance, cette capacité en droit demande énormément de motivation et de travail, les étudiants ne mettant pas le pied à l’étrier tout de suite renoncent bien souvent rapidement. Mais une fois cette difficile étape franchie, les plus travailleurs s’en sortent très bien dans l’enseignement supérieur.

Le brevet d’état d’éducateur sportif est accessible sans le bac à partir de 18 ans, pour des jeunes particulièrement doués dans une discipline sportive. De l’aïkido au volley-ball, tous les sports sont représentés, même la pelote basque, le trampoline, le vol libre (avec une option parapente !)… Blague à part, cette sérieuse formation, de niveau bac pro, délivrée par le ministère des Sports, permet d’exercer comme éducateur sportif, en libéral comme salarié d’un club, des activités d’enseignement, d’encadrement ou d’expertise. Pour en savoir plus, rapprochez-vous de la direction régionale de la jeunesse et des sports.
www.drdjs-nordpasdecalais.jeunesse-sports.gouv.fr

Le diplôme d’accès aux études universitaires est une formation accessible sans le bac qui s’adresse plus particulièrement aux personnes ayant abandonné leurs études pour exercer une activité professionnelle. Il est accessible aux plus de 24 ans, ou 20 ans en justifiant d’au moins deux ans d’activité professionnelle, et permet d’intégrer l’université ou de prétendre aux concours de la fonction publique. Deux choix : le DAEU A, à dominante littéraire (pour les études supérieures dans les domaines suivants : Lettres, Arts, Sciences Humaines et Sociales, Langues, Communication, Droit, Sciences Economiques, Administration, Gestion…) ou B, à dominante scientifique (pour les études supérieures dans les domaines suivants : Sciences, Technologie, Activités Physiques et Sportives, Santé, Secteur Paramédical…). Un parcours sur mesure, selon les disponibilités de chacun : cours du soir, en journée, à distance, en une ou plusieurs années… Contactez les services de formation continue des universités.

Passer des concours sans le bac

La fonction publique : près de cent concours de la fonction publique sont accessibles sans le bac, mais la moitié requiert tout de même un CAP ou un BEP dans le domaine d’exercice, pour devenir ouvrier spécialisé, adjoint technique, ou encore agent spécialisé. Mais il existe des concours ne nécessitant aucun diplôme ou juste le brevet des collèges, pour exercer comme adjoint administratif de la police nationale, hospitalier, de préfecture…, agent d’entretien ou de surveillance, adjoint d’accueil, de surveillance, de magasinage, ou encore d’animation périscolaire. On peut citer les concours d’agent de recouvrement du trésor public, de surveillant de l’administration pénitentiaire, ou celui de gardien de la paix. L’armée de terre, l’armée de l’air, la marine proposent également de nombreux postes, dans des fonctions très diverses.
Renseignez-vous sur www.service-public.fr

Les formations du secteur social et paramédical : les directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale proposent de nombreux concours accessibles sans le bac, pour accéder à des formations dans des domaines variés : social, paramédical et animation. Certains cursus ne nécessitent pas d’avoir obtenu le bac au préalable.

Repasser le bac

Les cours encore en tête, tenter son bac une seconde fois permet souvent de le décrocher. Attention, la réinscription au lycée n’est pas automatique, il faut s’en occuper dès la publication des résultats du bac pour s’assurer une place à la rentrée suivante. Il faut saisir le redoublement comme une opportunité, pour renforcer ses bases, et assimiler les éléments manquants.

Il est également possible de passer son bac par correspondance, grâce au centre national d’enseignement à distance (CNED), mais il faudra faire preuve de rigueur et de motivation pour fournir un travail régulier, et s’imposer des plages de révisions. www.cned.fr

Le module de repréparation d’examen par alternance (MOREA) permet aux jeunes ayant échoué deux fois au bac (mais également au CAP) de préparer à nouveau l’examen, mais en suivant une pédagogie différente. Loin de l’enseignement théorique du lycée, le MOREA permet d’entrer dans la pratique, grâce à l’alternance. L’élève voit ainsi les savoirs se concrétiser au cœur d’un métier. Les missions professionnelles alternent ainsi avec les journées de cours. Non négligeable : l’acquisition d’une première expérience dans le monde du travail, qui peut remotiver pour les études !
Renseignements auprès du centre d’information et d’orientation